Saltar a continguts

Ass. Familiars de Represaliats pel Franquisme

Navegació

 
 

Menú principal

Diaris 2010/11/12/13/14

Imatge de complement Ampliar imatge
El 7 de juin de 2010
Catalogne manifestation pour le juge Garzon.

Midi Libre.com

La Jonquera.
Le 7 juin 2010

Catalogne Manifestation pour le juge Garzon.
Le juge a éte suspendu pur avoir enquêté sur les crimes du franquisme.
Une centaine de Français manifestent pour le juge Garzon à la frontière espagnole.
Une centaine de manifestants, pour la plupart français, se sont rassemblés aujourd'hui dans la ville frontière espagnole de La Jonquera (Catalogne) en signe de soutien au juge Baltasar Garzon, suspendu pour avoir enquêté sur les crimes amnistiés du franquisme.

Regroupés sur la place de la mairie, les manifestants ont déployé une banderole rédigée en espagnol "Apoyo a Garzon, justicia y verdad" (soutien à Garzon, justice et vérité), ainsi que de nombreux drapeaux de la République espagnole. Plusieurs associations de Républicains et réfugiés antifranquistes étaient présentes, notamment "l'association pour le souvenir de l'exil républicain en France" et l’Associació de Familiars de Represaliats pel Franquisme. Une délégation a été reçue par le maire. Les manifestants se sont ensuite rendus en cortège au musée de l'exil républicain à la Jonquera où ils ont tenu une réunion.
Le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) espagnol avait suspendu de ses fonctions Baltasar Garzon à la mi-mai à la suite d'une décision prise par un magistrat du Tribunal suprême d'ordonner l'ouverture du procès du juge pour "forfaiture" (abus de pouvoir).
M. Garzon est poursuivi par des organisations d'extrême-droite pour avoir voulu en 2008 enquêter pour la première fois sur les disparus de la Guerre civile (1936-1939) et de la dictature franquiste (1939-1975), en enfreignant "sciemment" la loi d'amnistie générale de 1977.
Le juge de 54 ans encourt une peine de 20 ans d'interdiction d'exercice de sa fonction de juge. Il a toutefois été autorisé depuis par le CGPJ à travailler à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.